Bidim-boh!

9,0013,00

« Bidim-boh! » est un album CD de 18 chansons. Les musiques sont de style « afro-world music ». Paru en 1991. Une re-édition en 2005.

Nbr. Tps. Liste des chansons
01 4’22 Solèy levé
02 3’45 Zon ka bien dansé
03 2’39 Parles-en à ta maman
04 2’58 Moi, je veux m’amuser
05 3’39 A passé, pa déviné
06 3’32 Ka bétizé
07 3’20 Tou piti volé
08 3’22 Tisonson l’autruche
09 4’07 Mon éléphant
10 2’47 Je t’invite à danser
11 3’57 T’as la frousse
12 5’01 Kitté moin domi
13 3’02 Bisous bout du nez
14 3’38 Zombis
15 2’50 Vive les vacances
16 5’09 Agnè sewa

 

  • MP3
  • WAV
Effacer

L’album physique est disponible aux Editions Victor Mélodie via le lien : Victor  Mélodie

Il est aussi disponible en téléchargement virtuel .WAV et/ou .MP3

Bidim-boh!

Auteur-compositeur : Gibus.

Orchestrations : Gibus et les différents musiciens du projet.

Bidim-boh, tambours du Burundi, tambour à lèvres, cloches, cloches à eau, cloches bambou, coquillages, guiro métallique, congas, udus, shaker, triangles, œufs, tube à vent, blocs de bois, sifflets, caxixi, bérimbua, balafon, bâton de pluie, likembé, flûte rwandaise, claves, brosse, effets vocaux et autres bruitages : Chris Joris.

Voix solo (7), Djembé solo et taman : Ntoman Kéita et Gibus

Djembé solo : Mamadi Kéita.

Voix solo (16), kenkens et dunduns : Ken Ndiaye

Choeurs  (16) : Gibus, Ken Ndiaye, Christian Merveille, Thibault, Paul De Spiegeller, Didier de Roos, Didier Labarre, Chris Joris, Mamady et Ntoman Keita

Batterie, marimbas et maracas : Jan De Hass.

Guitares électriques (solo) et acoustiques : Raphaël Schilebeeckx.

Guitare d’accompagnement et claviers : Luc Henrion.

Guitare acoustique (7) : Gibus

Basse électrique et contre-basse : Jean Mutsari.

Saxophones : soprano, ténor et alto, clarinette, clarinette   basse et flûte traversière : Philippe Leblanc

Accordéon : Edith Martens.

Chœurs : Alexia Waku et Martine Kivits (1 à 8, 10 à 12 et 14)

Choeurs : Gibus (1, 2, 3, 5, 6, 8, 9, 12, 13 et 15)

Percussions vocales : Gibus (9)

Guitare, programmation claviers: Didier de Roos (9)

Prise de son et mixage : Didier de Roos

Mastering : Alain Lemaître.

Direction artistique : Gibus

Enregistré au studio Fields

Illustration pochette et livret : Stern.

Mise en page pochette et livret : Compographis.

Licence : Viva Kids (Be)

Distribution physique : Victor mélodie (Fr)

 

Pour la petite histoire :

Le bidim-boh est un tambour construit par Gibus pour son spectacle du même nom « Bidim-boh ! ». Le mot bidim-boh ! est une altération de Grobidim (Gros tambour en créole) qui est une altération de Grodissime (énorme en créole), altération de Grandissime.

Bi = son aigu, Dim : son médium et Boh : son basse.

Bidim-boh!

Gibus : LE COUP DE CŒUR ! « Bidim-boh ! »

Spectacle magique et onirique, « Bidim-boh ! » A transporté le jeune et le moins jeune public dans un voyage au cœur de l’Afrique ou des Antilles ?
 Sur scène, Gibus, chanteur guitariste, né au Zaïre, a gardé de son enfance les souvenirs baignés de rythmes africains. Ken Ndiaye, le sénégalais, virtuose des djembés, tam-tam, balafons et autres likembés, apporte une touche africaine, Luc Henrion, le belge avec son clavier et ses guitares, harmonise avec justesse le groupe de musiciens. Pour compléter ce trio, la jeune antillaise, Géralde Alcindor, chante et danse sur les rythmes endiablés d’une musique afro-créole. Quel bel exemple d’osmose culturelle. Au royaume de « Bidim-boh ! », Gibus, le magicien, joue avec les mots. Ses textes sont savoureux et truculents à souhait, la musique est luxuriante, chaude et gaie. Gibus et ses musiciens ont réussit l’exploit de faire chanter et danser toute la salle, puis au milieu de cette ambiance délirante, de les ramener au calme afin de dédier une chanson à tous ceux qui souffrent en Haïti et ailleurs. Un refrain nostalgique, repris en chœur par toute la salle pour chasser les démons qui transforment les rêves en cauchemars.
 « Bidim-boh ! », un spectacle plein, sans frontière où tout est permis : les enfants ainsi que les parents, ont exprimé leur joie en chantant, dansant, frappant des mains aux côtés de comédiens devenus de vrais complices. Les salves d’applaudissement à la fin du spectacle ont duré près de cinq minutes.
 Un spectacle COUP DE CŒUR, COUP de soleil, tonique et émouvant, délicieux mélange de mots, de sons et de couleurs.

Le Journal Le Progrès – C.R.

« Bidim-boh ! » avec Gibus et ses musiciens

En apothéose du Festival « Quand trois poules vont au champ » à Yverdon-Les- Bains, Gibus et ses comparses musiciens nous proposent « Bidim-boh ! » C’est une onomatopée créole qui nous entraîne dans un voyage au cœur des Antilles et de l’Afrique. Bel exemple d’osmose culturelle et de tolérance, les chansons de Gibus sont truculentes et savoureuses à souhait ; elles nous invitent à profiter de la vie tout en évoquant également les petits moments plus sombres. Brassée par des percussions joyeuses de N’toman Keita ainsi que la guitare et les synthétiseurs de Luc Henrion, la musique de Gibus, luxuriante, débordant d’énergie, invite à la danse et au plaisir communicatifs. Ca déménage au point que le théâtre de l’Echandole vibrera encore longtemps au rythme des chansons de ce trio très communicatif.

Magazine de l’ATP – Yverdon-Les-Bains (Suisse)

« Gibus chante pour nous »

Dehors, pluie, grisaille et vent. Dedans le Hall des sports de Ganshoren, une salle archi-comble, plus de 300 spectateurs de tous âges attendent. Cinq minutes avant le début du spectacle, énigmatiquement intitulé « Bidim-boh ! » Le climat tourne au tropical. Entrée en scène de Gibus, guitare en bandoulière et de ses deux comparses (synthé pour l’un et djembé pour l’autre), en larges pantalons bariolés. Début d’une heure de spectacle « décoiffant », aux sonorités largement africaines et antillaises, du rythme avant toutes choses, et la magie des mots qu’on scande avec d’autant plus de bonheur qu’on a l’impression de les comprendre. Et puis c’est un spectacle complet : ça chante et ça danse au point que le public se laisse prendre au jeu. Peut-être y eut-il quelques parents désarçonnés par ces chansons peu ordinaires : pas de mélodie connues, pas de mots familiers, le corps autant que la voix sollicités. Mais les enfants, eux étaient à la fêtes, pas du tout décontenancés et totalement disciplinés aux interpellations et facéties des trois musiciens. Dansant et chantant dans les travées, laissant tomber la chemise après pull depuis longtemps abandonné, applaudissant avec enthousiasme. Dommage qu’un problème de fusible en toute fin du spectacle ait empêché tout rappel.
Avis aux amateurs d’une musique qui, sans verser dans le faux exotique, ne se prends pas au sérieux

Claude Debbichi (Be)

« Du soleil dans la tête avec Gibus »

Gibus et ses deux compères ont mis du soleil dans la tête des enfants au Centre Culturel de Fumel. Le public a beaucoup applaudi et participé au « show » proposé par Gibus et deux de ses camarades. Un spectacle tout en chansons, intitulé « Bidim- boh ! » que tout le monde a grandement apprécié. Il faut dire que Gibus est loin d’être novice dans le domaine du spectacle pour enfants puisqu’il pratique cette activité depuis 1978 ! On comprend mieux, dès lors, l’attrait qu’il exerce auprès du jeune public.
 Autre ingrédient de cette recette : Soleil. Gibus et ses deux compères, un percussionniste, un guitariste et claviériste, pratiquent une musique haute en couleur, avec des rythmes afro-antillais qui donnent un air de fête. Tout cela assaisonné de paroles en créole. Bref, un excellent moment.
 Même lorsqu’il parle d’une petite fille de Haïti qui n’arrive plus à rêver, Gibus parvient à écrire une chanson qui ne peut que faire bouger les enfants. Et, hier, au Centre Culturel, ils ne s’en sont pas privés.

La dépêche du Lot (Fr)

« Bidim-boh ! en rythmes et en chansons »

Samedi soir, avait lieu a Bellegarde dans la salle des sources, organisé par l’OMCB et Arc-en-ciel/Sorgia le spectacle pour enfants de l’année. « Bidim-boh ! » véritable coup de foudre des animateurs de Sorgia FM. Découverte au Festival d’Yzeure. Gibus, le belge et son groupe composé de Luc Henrion aux claviers et guitare, de Ken Ndiaye au jembé et à la danse et de Géralde Alcindor pour les chœurs et à la danse étaient invités pour proposer leur spectacle « Bidim-boh ! ». Nous avons eu droit à une heure et demi de chansons à thème afro-créole, entrecoupées d’histoires et de gags, le tout mené sur les chapeaux de roues, spectacle qui a survolté un public composé d’enfants et de parents.
 Les enfants furent séduit par l’image de quatre fous dansant à la joie plus que communicative qui porta leurs voix. Et les parents, sans doute aussi, touchés par le combat de Gibus sur fond multiculturel qui essaye de réagir en grand professionnel de la culture contre les montées d’extrême droite, se définissant comme « raciste envers les racistes ». Lui, est né au Congo, Ken est sénégalais, Géralde haïtienne et Luc, comme Gibus, est belge.
 Ils nous ont donné un bel exemple d’osmose culturelle. Le spectacle, dont Gibus a réussi, sans jamais moraliser, à nous donner une bonne leçon de tolérance. Les enfants ont chanté et dansé tout au long du spectacle pour finir sur la scène. Les parents ont longuement applaudi, séduit par cet homme qui conseille à tout le monde d’oser l’enfant qu’on a en soi, supplantant tous les cafards, pseudo-militants de la culture enfantine, noyés dans le bouillon télévisuel à l’odeur d’oseille. Ce spectacle en tournée depuis trois ans, mériterait une plus grande médiatisation, redonne aussi cohésion à la famille fut sans doute un événement marquant pour chacun de nous peu habitués à ce genre de prestation vivante et respectueuse.

La T ribune (Fr)

« Bidim-boh! » au Festival International de Louisiane

Sur la grande scène, Bidim-boh ! à La Fayette, Lake Charles, Bâton Rouge, Pierre Part et Napoléonville. Gibus : Trois musiciens de Belgique chantent des mélodies en français et en créole sur des musiques d’origine africaines.
 Musicians from Belgium sing European and african songs in french and creole.

La gazette de Louisiane (USA)

Gibus « Bidim-boh ! »

C’était très chaud ! Gibus et ses musiciens on, si je puis dire, « Cassé la baraque » sous le chapiteau dans le cadre du Festival pour enfants de Boissy-Saint-Léger.
 Une superbe brochette de musiciens danseurs(euses). Une heure d’un spectacle endiablé, ensoleillé et rythmé par l’Afrique et les Antilles. Gibus dégage une joie de vivre sans pareil et une énergie folle. Certains le surnomment le Johnny Clegg belge. Lui et ses musiciens ont mis le feu et le public a été emporté par cette vague musicale impressionnante. Les enfants, mais les grands aussi, ont chanté et dansé pendant une heure et nous avons tous eu une impression de trop peu. Mais bon comme tout a une fin, il a fallu nous quitter mais avec une belle énergie retrouvée. Un superbe moment d’échange et de musique.

Journal Le Républicain (Fr)

« Bidim-boh ! Sans frontières »

Gibus et sa tribu bigarrée, via le théâtre Jeanne-d’Arc. Au royaume de « Bidim-boh ! », tout est permis : on a le droit d’aimer son prochain, fut-il un peu plus bronzé que soi, d’exprimer sa joie en chantant et en frappant des mains, de se lever de son siège pour danser et même de monter sur scène aux côtés de comédiens devenus complices ! La « tribu » sait le langage de l’enfance : Gibus le blanc chante en créole, Ken Ndiaye le sénégalais lui répond dans « le français de France ». Ce genre de spectacle est un concentré de richesses éducatives, nourrissant l’éveil des enfants, là où la télévision aurait une fâcheuse tendance à l’anesthésier. Rien ne remplace la connivence qui s’installe entre cet artiste et le public. Et lorsque cette connivence ce fait magie, la frontière qui sépare l’acteur du spectateur tombe d’elle-même. Il faut dire que Gibus est un homme qui aime se moquer des frontières. Pire, il feint de les ignorer lorsqu’elles lui semblent totalement absurdes. « La vie est belle, ce sont les hommes qui la compliquent » glisse-t-il lors du spectacle… « La vie est belle, ce sont les fauteuils qui la compliquent » Poursuit-il ensuite pour inviter les enfants à se lever et à danser sur des rythmes « afro-créoles » : succès garanti ! Chacune de ses chansons créoles est une petite peinture, un soleil ardent en plein hiver. Merci Gibus, merci Ken, Luc et Melle Géralde, pour ce moment de partage et de joie intense.

Le Dauphiné (Fr)

« Bidim-boh ! » : Coup de soleil sur la vie culturelle.

Dans cette grisaille de début d’année, la vie culturelle a su apporter un très net coup de chaleur sur l’existence des heninois qui ont profité du passage de « Bidim-boh ! » Onomatopée créole symbolisant le roulement d’un gros tambour. Du tambour, il y en a eu évidemment sur la scène de l’Escapade.. Gibus et ses musiciens, du talent à faire partager les émotions de l’Afrique et des Antilles. Le voyage musical a débuté dès l’apparition de Gibus, ses compagnons arrivant à la rescousse pour constituer un trio empreint de malice qui ne s’en laisse pas compter par son jeune public. Mais il est vrai que celui-ci joue le jeu. Un ensemble d’une belle musicalité, Gibus a le don de mettre les enfants dans sa poche.

Journal – Nord Matin (Fr)

« Un belge nommé Gibus »

Dans le cadre du festival d’Yzeure, un groupe belge emmené par Gibus se met en évidence. Un spectacle de chanson afro-créole pour enfants dans la salle des fêtes à Molinet. Quel professionnalisme. A chaque instant, le public se laisse porter par cette vague de rythme et de gaieté. C’est tout l’univers afro-haïtien qui envahit la scène au gré des djembés, likembés et tambours. Des morceaux de soleil qui ont émerveillé le public. La municipalité avait offert la salle, l’amicale laïque le spectacle et le charme de la musique de Gibus a fait le reste. Que de beaux souvenirs !

Journal – La Montagne (Fr)

« Bidim-boh ! » : Couleur Afrique

Samedi, l’Escapade a résonné des rythmes endiablés et des paroles malicieuses et complices de Gibus et de ses compagnons qui y ont présenté leur spectacle musical afro-créole.
 « Bidim-boh ! » Est un voyage au cœur de la poésie sucrée des Antilles et de l’Afrique, ce continent extraordinaire où les histoires les plus fabuleuses traversent les siècles grâce aux merveilleux conteurs que sont les griots. Les textes de Gibus, le griot blanc, sont savoureux et truculents à souhait, les hippopotames y sont de toutes les couleurs, le      « Pilibo » est un bonbon diabolique et les Zombies ne sont pas des monstres. La musique y est luxuriante, chaude et gaie, brassée furieusement par des percussions joyeuses… Gibus est aussi un artiste qui se consacre depuis plus de vingt ans à la chanson jeune public avec un amour et une tendresse immodérée… Ses spectacles traduisent cette richesse du cœur et le public ne s’y est pas trompé ! Un spectacle coup de soleil tonique à savourer en famille

Journal Nord-Matin (Fr)

« Gibus et Bidim-boh ! Au CC Staquet de Mouscron »

Connaissez-vous le Gibus sautillant ? Non ? Dommage ! Il ne s’agit ni d’un animal en voie de disparition ni d’une espèce nouvelle d’insectes, mais d’un chanteur débordant d’énergie. Pendant son spectacle « BIDIM-BOH ! » Du nom de l’instrument crée spécialement pour l’occasion, Gibus fait oublier la grisaille belge et transporte son public au cœur de l’Afrique et à Haïti par la magie des musiques et rythmes qu’il a ramené de là-bas. Chantant, dansant, bondissant pour le plaisir des petits…et des grands aussi, Gibus arrive même, c’est assez remarquable et cela montre combien le public « marche », à faire chanter celui-ci en créole (même les papas !) Domi dèrho, la lin ka kléré… Dormons dehors, la lune brille. Lune ! Soleil ! Palmiers ! Musique ! Une belle équipe de musiciens. Ce fut un réel enchantement.

La Libre Belgique (Be)

« Gibus : l’exotisme »

Bidim-boh ! Est une onomatopée créole qui représente le roulement d’un gros tambour. C’est devenu un instrument de percussion conçu par Gibus lui-même, puis une chanson et enfin, le nouveau spectacle étonnant de Gibus.
 On l’aura compris, la musique afro-créole est au centre de ce dernier : des chansons composées en majorité à partir d’onomatopée ou des termes créoles, proche du français y flirtent avec des textes français ou africains. Avec un dénominateur commun, les rythmes et les couleurs d’Afrique et des Antilles.
 De quoi parlent-elles ? Certaines sont une invite à danser, à chanter, profiter de la vie et de l’amitié. D’autres évoquent la peur (Les zombies de la nuit), d’autres encore la tendresse (entre frère et sœur, entre parents et enfants ! Pour d’autres enfin, l’humour et le loufoque sont les seuls moteurs, tels ces hippopotames multicolores ou cette gargantuesque recette du « Pilibo ».
 Une ambiance haute en couleur, pleinement assumée par un quatuor lié par une grande complicité : voix expressives et bien timbrées de Gibus et de Sidonie Madoki qui dansent superbement bien, sonorités chaudes des claviers et guitare de Luc Henrion et puis, last but not least le percussionniste Ntoman Keïta qui crève la scène, superbe avec son djembé entre les jambes et cette démarche « relax » et dansante qui n’appartient qu’aux africains. Tous les quatre jouent et dansent avec un plaisir tellement évident qu’il en devient dangereusement communicatif. Spectacle à ne surtout pas manquer !

Le vif – L’expresse (Be)

« Bidim-boh ! Les scolaires en avant première »

Ils étaient tous ravis en sortant de l’Escapade vendredi midi. Le spectacle « Bidim- boh ! » offert par Gibus et sa troupe les avaient En-Chan-tés !. Ils étaient Trois cent cinquante à assister au spectacle qui sera ouvert à tout public ce samedi. Debout sur les gradins, ils ont vibré aux rythmes proposés par Gibus et ses compagnons. Ils innovent la chansons dans le domaine du spectacle pour enfants. Samedi, comme par magie, le public était là aussi. La petite bande sait être très proche de son public au point qu’elle est arrivée à l’envoûter. Quand on ressort dans la grisaille de notre région, cela fait tout drôle ! Gibus a apporté un véritable coup de soleil et dans notre froid hivernal, c’est bon à prendre ! Sa musique est chaude et gaie, les percussions joyeuses. L’esprit de la forêt entame une ronde enthousiaste et pour tous les âges. Ils nous ont offert un superbe voyage au cœur de l’Afrique et des Antilles.

Journal – la voix de Nord

« Bidim-boh ! »

Un spectacle nouveau d’un Gibus nouveau Egal à lui-même, vrai et tendre, qui se donne à fond. Un spectacle relationnel, franc et optimiste. Une perle d’amitié, de poésie ensoleillée pour petits et grands car il est impossible de ne pas vouloir entonner les refrains, de ne pas suivre le mouvement, imprimé par ces artistes qui donnent le meilleur d’eux pour ces enfants, ces familles qu’ils aiment tant. Il est vrai qu’ils n’ont point lésiné sur les détails et l’effet est « Bidim-boh ! »,
 »Grodissime ! » de rêves, certes, mais aussi de la tendresse et de l’émotion avec notamment « Petite sœur », « A Haïti », « Coyote » avec « Pas le temps », chanson évoquant cette maladie de notre époque qu’est le manque d’écoute, ce temps que l’on ne prend pas pour écouter ceux qui nous entoure.
 « Bidim-boh ! » Une bouffée d’exotisme en pleine grisaille. Une tranche de soleil d’Afrique et/ou des Antilles en terre de Wallonie. Soixante minutes de rêves où l’on peut admirer la verve, mais aussi toute la connivence qui unit ce quatuor de zombies. Quatre esprits farfelus et joyeux, descendus sur scène le temps d’un spectacle qui déménage les rêves, les esprits, les corps et qui vous emmène en voyage.

Journal Vers l’Avenir – W.S (Be)

« Gibus chante Bidim-boh ! » – Le CD Paroles et musique de Gibus.

Un véritable feu d’artifice de rythmes et de couleurs instrumentales « afro-créoles » pour toutes ces chansons originales tendres et remplies de charme. Le chanteur belge, Gibus, vient de sortir un nouvel album mais pas n’importe quel album. Il nous emmène tous, enfants mais aussi nous, les adultes, dans un tout nouvel univers musical. Des orchestrations léchées, des ambiances musicales superbes.Très belles interprétations de l’artiste. Le « Bidim-boh! » de Gibus à écouter en famille ! De 7 à 77ans

Ecouter voir (Fr)

Gibus : « Bidim-boh! »

Depuis plusieurs années, les chanteurs de notre Communauté nous ont habitués à des chansons plutôt « à texte » qu’ils personnalisaient par des ambiances musicales propre à chacun.
 Gibus innove la chanson jeune public. Il a osé. Sa dernière création rompt totalement avec cette tradition. Elle sort complètement des sentiers battus. Elle est, en effet, entièrement construite sur base de rythmes et sonorités créoles et africaines ; et qui plus est, la plupart des textes sont écrits non pas en français mais en créole (il y en a même un en guinéen : le bonjour qui introduit l’album). Les thèmes abordés – l’amitié, le plaisir de danser, la peur des zombies ou du coyote, les relations familiales, Haïti, les vacances au soleil.
 Quel plaisir de se laisser entrainer d’une chanson à l’autre dans cette avalanche de sonorités chatoyantes, fruit d’un heureux mariage d’instruments acoustiques africains ou occidentaux et de juste ce qu’il faut d’instruments électriques, où se décèle le goût de Chris Joris non seulement pour les musiques africaines, mais également pour le jazz, djembé, tambours de tous acabits, marimbas, flûte rwandaise, guitare acoustiques et électriques de Raphaël Schillebeeckx et de Gibus, basses acoustiques et électrique de Jan Mutsari, saxophones et clarinettes de Philippe Leblanc, batterie et marimba de Jan de Haas, Les djembés et autres dundun de Mamady et Ntoman Keïta ainsi que Ken Ndiaye et Didier Labarre et sans oublier les chœurs, présence féminine oblige, de Alexia Waku et Martine Kivits.
 Un album qui a une pêche d’enfer grâce aux talents de tous ces excellents musiciens que Gibus a pu réunir pour la circonstance.

Le journal Le Ligueur – Anna Dereine (Be)

Bidim-boh !

Un ensemble de chansons vraiment peu ordinaires. Une musique pétillante, surprenante, chaleureuse, …De quoi se redonne de l’énergie à tout moment !
 Gibus a gardé dans un coin de son cœur, des souvenirs d’enfance baignée de rythmes africains. Dans ce CD , il nous fait entendre un étonnant mélange exotique de mots, de sons, de couleurs…

Le Journal des enfants (Be)

« Bidim-boh! » de Gibus. Un CD qui balance

Gibus a osé casser les habitudes musicales dans le domaine de la chanson pour enfants. Son nouveau CD      « Bidim-boh ! » N’est décidément pas comme les autres. Lorsqu’on écoute la première fois, on se demande même si c’est encore de la chanson pour enfants. Puis on a envie de le réécouter. Et l’on se prend au jeu, on se met à danser, à bouger aux rythmes africains… Et on se rend à l’évidence que c’est aussi de la musique pour enfants. Mais pas seulement pour les enfants,. C’est un album à écouter, à chanter, à danser, à bouger en famille sans oublier de s’attacher aux paroles des chansons. Il y a presque autant de messages que de chansons. C’est une très belle découverte d’autres cultures. Un album que je conseille vivement à toutes les familles.

Vlan Brabant Wallon (Be)

Le plus exotique des albums de cette sélection estivale. « Bidim-boh ! » (ce qui signifie énorme en créole) est une fête venue des îles. Une belle originalité dans le domaine de la chanson jeune public. Du sang musical neuf enfin ! Au son du tam-tam et autres balafon, Gibus chante l’Afrique. Un coup de soleil garanti sur des rythmes venus d’ailleurs. Wouaw !

Famille Magazine (Fr)

Bidim-boh!

Informations complémentaires

Sélectionner le format

,